La 51è édition de la Journée Internationale de l’Alphabétisation (JIA) a été célébrée le mardi 19 septembre 2017 à Sokodé sur le Thème : « L’Alphabétisation dans un monde numérique ».
Organisée par la direction régionale de l’Action Sociale de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, région centrale en collaboration avec les partenaires en charge de l’alphabétisation dans la région centrale cette rencontre vise à sensibiliser les couches sociales pour les amener à comprendre le bien-fondé de l’alphabétisation à travers les acquis de la lecture, l’écriture et le calcul pour un développement durable.
Il s’agit de susciter l’intérêt chez les autorités politiques, les partenaires techniques et financiers, les OSC ainsi que les bénéficiaires pour apporter leur adhésion aux programmes de l’alphabétisation.
Les participants ont suivi un exposé sur le thème de l’année présenté par Gnassengbé Bagni, chef de la Division Alphabétisation et Éducation non formelle à la direction régionale de l’Action Sociale de Sokodé qui a défini l’alphabétisation comme un processus d’éducation des adultes qui vise à leur apprendre à lire et écrire. Selon l’orateur le numérique est la représentation des données ou des grandeurs physiques sous forme de nombres. Quant à la technologie, c’est l’ensemble de techniques de pointe, moderne et complexe propre à un domaine.
M. Gnassengbé Bagni a indiqué que le sens de l’analphabétisme en ce 21è siècle est un sens lié à la technologie. Selon lui l’apparition des nouvelles technologies de l’information dans l’éducation et la formation des adultes exige une redéfinition des relations entre les apprenants, les éducateurs, les organisations d’éducation des adultes.
Il a souligné que la technologie de l’information et de la Communication est un outil puissant pour accroître la possibilité d’accès de tout citoyen à l’information et aux nouvelles formes d’apprentissage.
Il a félicité le gouvernement pour les dispositions prises en vue de réduire le taux d’analphabètes au Togo de 43, 3% en 2010 à 16% à l’horizon 2025.
Le préfet de Tchaoudjo, le Colonel Mompion Matéindou a salué la politique sectorielle du gouvernement qui a inscrit l’éducation au centre de ses priorités. Il a indiqué que selon l’enquête QUIBB, il y a un lien entre l’analphabétisme et la pauvreté. Les efforts du gouvernement en matière de la politique de la réduction de la pauvreté a permis de passer de 58,7% de 2011 à 55,1% en 2015, a-t-il dit.